Ils ont arpenté le chemin...

 

 2018

 

Nous sommes rentrés à PAU hier soir. Nous avons parcouru VIA AGATA en sept étapes du 10 au 16 septembre.
Sans vos conseils avisés et votre aide précieuse nous n'aurions pas connu cette joie. Nous sommes - ma femme et moi - enchantés par VIA AGATA- Je tiens à souligner l'excellence du marquage.  Je n'ai pratiquement pas eu d'hésitation et aurais pu laisser carte et boussole au fond du sac. Entre le vieux marquage au pochoir et les marquages plus récents, il n'y a pas de souci d'orientation. Un peu de dénivelée, quelques bonnes grimpettes,  un final du ravin des rouets un peu acrobatique... 

Excellent accueil aux points d'hébergement. L'harmonie dans tous les domaines, nous sommes des randonneurs/pèlerins heureux. Nous n'avons pas trouvé de service transfert de bagages, ce qui ne nous a procuré aucune gène. La confection du sac pour sept jours a simplement été plus minutieusement exécutée.

Encore merci

Cordialement 

Gérard de BADTS

 

 

 

2019

 

Groupe de 9 randonneuses de Montbrison qui venons de terminer la boucle du chemin de St Agathe en 5 jours. Bravo pour le balisage, pour beauté des chemins et des paysages.

Bon point pour l’accueil et la qualité des hébergements.
Mériterait d’être plus connu.

 

 

 

 Printemps 2019 : Joëlle Nicolaï et Guy Guenroc

 

 

Le parcours

Samedi 8 Juin : Thiers-Camping du Goutillier à Aubusson d'Auvergne -17 km 

Dimanche 9 Juin : Le Goutillier - Olliergues (Château de Chantelauze) -21 km

Lundi 10 Juin : Olliergues - La Renaudie -19 km

Mardi 11 Juin : La Renaudie-Gîte de Rochemulet (Sainte-Agathe) -18 km

Mercredi 12 Juin : Gîte de Rochemulet (Sainte-Agathe) - Thiers -19 km

 

Témoignage

Nous avions envie de parcourir ce pays au sud de Thiers en empruntant le sentier de Sainte Agathe vanté par Jean-Marc Pineau et nous l'avons beaucoup aimé.
Notre expérience est singulière car dans un couple qui marche les centres d'intérêt et les attentes sont différentes. Joëlle et moi avons souvent marché ensemble pendant une semaine et notre progression est rôdée : Joëlle aime les fleurs, l'histoire et les lectures, moi j'aime les arbres, la géographie et les paysages. Tous les deux nous aimons les chemins, la campagne, l'architecture, les gens et l'insolite. Nous avons soif d'aventures et nous nous adaptons facilement aux différentes conditions de restauration, d'hébergement, de dénivelés et de conditions météo aussi.

Nous sommes arrivés à Thiers le vendredi soir et nous avons passé une très agréable soirée au bar associatif « Le vol du Bourdon ». Les membres de l'association nous avaient préparé une assiette et nous avons partagé le repas. Une conteuse et une musicienne nous ont raconté la belle histoire romancée des gens d'un village de ce massif. Nous avons été accueillis chez Jean Marc pour la nuit. Grand merci à lui et à tous.

 

Thiers-Camping du Goutillier à Aubusson d'Auvergne.

Samedi matin nous nous rendons en voiture à l'Orangerie devant le panneau de départ du « Chemin de Sainte Agathe », Jean-Marc nous accompagne et nous laisse découvrir le balisage, tout va bien... Finalement pendant ces cinq jours de marche nous n'avons pas souffert d'avoir oublié les cartes et n'avons utilisé le descriptif que pour mieux visiter et nous attarder dans les sites mentionnés judicieusement. Nous avons réservé nos quatres hébergements très tard, seulement en ce début de semaine et malgré le week end de Pentecôte nous avons trouvé des lits chaque soir.

A Lamouroux Jean Marc nous laisse à notre aventure et regagne Thiers sous le soleil. Les longues herbes du printemps sont mouillées mais il fait vraiment beau, le chemin est très bucolique, nous avons une vue dégagée sur la plaine du Forez jusqu'aux massifs d'Auvergne : le Puy de Dôme et la chaîne du Sancy. 

 

Nous traversons fermes, bois, nous entendons les bruits d'une campagne sereine : chants d'oiseaux sauvages : merles, coucou et de basse cours : coqs, oies, pintades... Nous admirons les beaux chênes qui jalonnent notre chemin en limite de parcelles ou aux croisements...
Le décor est planté : à peine quelques kilomètres parcourus et nous sommes là où nous aimons être : sur les chemins d'un pays un peu secret, authentique et préservé. Notre progression respecte le rythme de notre désir de nature : avide et dynamique mais aussi contemplative et ressourçante.

A midi nous arrivons à Vollore Ville où la très agréable aire de pique nique derrière la jolie croix vient d'être tondue. Après un passage à la boulangerie nous apprécions cet endroit, nous déjeunons et profitons du soleil pour faire la sieste. Nous allons au bar pour le café et repartons vers notre lieu d'hébergement : un mobil-home au camping à la ferme du Goutillier, le gîte des « quatre vents » étant complet ! L'accueil est bon, la cuisine et les équipements du mobil home nous permettent de nous doucher, de cuisiner et de passer une nuit réparatrice.

 

Le Goutillier - Olliergues (Château de Chantelauze)

Petit déjeuner puis après un peu de rangement, nous laissons la clé sur la porte et repartons vers le lac d'Aubusson. La lumière du matin éclaire le lac et les quelques pêcheurs profitent autant que nous des couleurs du printemps se reflétant sur les eaux, le lys jaunes et les marguerites enrichissent le tableau dominé par le vert des arbres et des prés et le bleu du lac. 

 

 

Nous traversons de jolis bois de pins et apprécions de marcher sur un terrain sableux doux sous les pieds. Plus loin dans un champ proche d'une ferme nous nous attardons devant un tableau devenu rare : les évolutions d'une famille de porcs en liberté : truies, verrats et porcelets s'ébrouent dans les mares et cherchent quelques glands sous les grands chênes. Ce spectacle fait réapparaître des souvenirs lointains aux enfants de paysans que nous sommes. Nous arrivons vite au centre du village d'Augerolles où le dimanche c'est marché, quelle aubaine pour nous qui devons anticiper car ce soir à Olliergues tout sera fermé et demain c'est lundi de Pentecôte !

Alors nous passons d'un étal à l'autre : saucisson de pays, pain, brioche avec grattons à l'intérieur (une délicieuse spécialité), pâtisserie et fruits puis à la supérette boissons, pâtes, thon, yaourts et journal. Nous aurions aimé aller au bar mais il est fermé...Nous reprenons notre chemin et effaçons un peu de dénivelé pour arriver à l'oratoire d'Olmet puis après le hameau de Commiot, traversons une très belle allée de chênes centenaires, il fait frais mais sans pluie..

Nous approchons d'Olliergues, au collège nous nous dirigeons vers le château de Chatelauze où nous sommes très bien accueillis, la demeure est vaste, la chambre de la Tourelle est un peu grandiose pour des chemineaux de notre genre mais fort agréable : draps de satin, baignoire à l'ancienne...

Après une balade dans la parc où trône un magnifique cèdre du Liban, nous prenons la direction du centre ville d'Olliergues, sa ville basse, ses belles maisons anciennes, son église, son château, et ses ruelles pavées et escarpées.

De retour au château nous nous installons près du bassin-piscine pour notre repas froid du soir. 

 

 

Olliergues - La Renaudie

Au château de Chantelauze le petit déjeuner est copieux. Un couple allemand s'exprimant dans un très bon français partage ce moment qui va se prolonger par la visite du château proposée par le proprétaire. Visite commentée des différentes salles : une bibiothèque contenant des trésors comme ce grand livre illustré de l'histoire du monde ou comme cette collection unique au monde de singes sculptés. Les connaissances historiques de notre hôte sont passionnantes et même si ses déductions sur le devenir de l'humanité nous interpellent, nous avons passé un très riche moment.

A 10h30 il est temps de reprendre le sac à dos et de partir, la maîtresse de maison très accueillante nous confie que c'est la première fois qu'elle reçoit des pèlerins du chemin de Sainte Agathe, le couple allemand nous prend en photo sac sur le dos et bâton de pèlerin en main. Ce mélange de culture et de style nous a beaucoup plu et nous pensons que c'était réciproque...

Notre départ tardif n'enlève rien au parcours ni aux dénivelés de la journée, l'humidité ambiante atténue la difficulté mais les montées s'enchaînent. A Marat nous sommes tout heureux de trouver une petite épicerie ouverte pour notre ravitaillement car ce soir au gîte d'étape de la Renaudie nous devrons cuisiner. Après quelques photos de châtaigniers magnifiques et d'un troupeau de vaches Salers curieuses nous trouvons un abri à Saint James pour notre pique nique de midi.

La montée n'est pas terminée la progression dans les bois de hêtres, d'épicéas et parfois de sapins de douglas nous procure un abri naturel bienvenu.
Nous arrivons au Brugeron et nous sommes surpris plus qu'ailleurs, du nombre de maisons fermées. En suivant scrupuleusement notre itinéraire nous empruntons de très beaux sentiers en forêt avant de regagner la petite route vers la Renaudie. Nous avons eu un contact téléphonique avec la personne chargée de l'accueil, elle ne pourra pas nous attendre après 16h30 car elle part au travail. Tout est prévu, madame la maire a fait les courses pour nous, le gîte est chauffé et nous appartient pour la soirée. Près du gîte un troupeau de moutons et d'agneaux nous distrait.

Nous apprécions toutes ces attentions et espérons que beaucoup de personnes emprunteront ce « Chemin de sainte Agathe » car les partenaires hébergeurs et commerçants le méritent.

 

 

La Renaudie-Gîte de Rochemulet (Sainte-Agathe)

Réveil en fanfare avec un déclenchement intempestif de l'alarme, on évacue !!! Après vérification et discussion avec un locataire de cette grande maison il n'y a aucun problème, il nous conseille quand même de le signaler à la mairie...
Nous traversons le joli village et admirons le panorama puis nous devons atteindre les 1100 mètres avant de descendre rapidement vers le gîte de Rochemulet où nous arrivons vers 13 heures parapluies ouverts. Nous savions que cette pluie était annoncée et nous avons un peu pressé le pas pour nous loger avant l'orage. Ariane et Sylvie ne sont pas là car nous devions arriver vers 16h00.

Sylvie arrive 20 minutes plus tard et nous donne accès au gîte. C'est notre dernier soir alors nous avons réservé une belle chambre, le repas puis le petit déjeuner.
Ce grand gîte pouvant recevoir une quinzaine de personnes est un modèle de construction bois économe en énergie. La démarche est clairement affichée et plaît aux groupes qui aiment la nature et les activités zen !

Nous avons beaucoup échangé avec Ariane et Sylvie qui aiment les arbres et nous ont conduit le lendemain près d'un hêtre remarquable.

 

 

Gîte de Rochemulet (Sainte-Agathe) - Thiers

Nous repartons avec le panier repas commandé un peu tard, cette dernière journée s'annonce belle. Nous atteignons l'église de Sainte-Agathe dont la voisine nous ouvre la porte. Cette église contient plusieurs éléments expliquant le martyre de Sainte-Agathe, un grand vitrail, une statue et une statuette très réaliste au pied de l'autel.

Pour une fois qu'une église est ouverte nous prenons notre temps. Tout est très bien expliqué sur un plan mis à notre disposition à l'entrée. Nous admirons de nombreuses autres statues, des tableaux, un triptyque et les vitraux.
Après un temps de silence nous repartons vers le château de Vaulx où nous rejoignons pour un moment le chemin de Montaigne. Des arbres centenaires nous escortent et plus loin c'est au milieu des genêts en fleurs que nous progressons, les façades de fermes typiques avec trois niveaux puis souvent une vigne ou un poirier ravissent notre regard.

 

 

Nous nous attardons en discutant avec un agriculteur qui nous parle de désertification des campagnes et du rachat de certaines maisons par des citadins qui ne les occupent que très peu de temps. Après une longue montée toute droite dans un couloir créé par l'installation d'une conduite souterraine de gaz nous profitons du soleil revenu pour une pause pique nique bienvenue.

Notre dernier après midi nous réserve quelques surprises car le chemin des Rouets et l'approche de Thiers sont à prendre au sérieux ! Sans cartes et sans prêter plus d'attention aux descriptifs pourtant explicites, nous n'avions pas anticipé ce relief ! Les sentiers sont superbes, la vallée des Rouets et ses moulins dont celui tenu par le dernier émouleur de la vallée sont bien mis en valeur et nous nous attardons. La remontée à flan de colline pour arriver face à Thiers se mérite mais l'effort est récompensé et ce dernier tronçon nous permet de terminer notre chemin en beauté.

L'arrivée à Thiers par les tanneries, les anciennes usines nous permet de découvrir le glorieux passé artisanal et industriel d'une ville qui a une histoire à découvrir.
Nous passons à l'office de tourisme et descendons à l'Orangerie où notre voiture nous attend. Jean Marc nous rejoint pour recueillir nos impressions, nous le remercions en lui confirmant l'intérêt de ce chemin.

Nous avons parcouru 100 kilomètres en 5 jours sur un itinéraire bien balisé sans grande difficulté aux multiples atouts : nature, histoire, authenticité... Les lieux d'accueil jouent le jeu, les gens sont disponibles et nous souhaitons que cet itinéraire soit emprunté par de nombreux marcheurs. Nous le conseillons à nos amis et souhaitons le refaire avec certains d'entre eux peut être en automne pour changer...

 

Rédigé à Arbent dans l'Ain

le 28 Juin 2019

Joëlle et Guy